Section

  • Instructions: Clicking on the section name will show / hide the section.

  • 1

    Contexte

    Le vétérinaire généraliste est souvent amené à intervenir dans des situations d’urgence chirurgicale. La fréquence des urgences relevant de la discipline chirurgicale représente ainsi, pour les seuls traumatismes, plus de 15% des consultations au sein des clientèles généralistes. S’il est parfois le premier maillon de la prise en charge, il est souvent, notamment dans des situations critiques le seul intervenant. La prise de décision dans le contexte dans lequel se présente l’urgence chirurgicale est complexe. Elle impose une prise en charge particulière, permettant dans des délais contraints, de guider la réalisation du bilan lésionnel, la prise de décision et la mise en œuvre de gestes techniques (gestes « salvateurs », procédures chirurgicales ou interventionnelles). Cette stratégie de prise en charge, standardisée pour être efficace, est peu enseignée en cursus initial. Cette insuffisance s’applique aussi aux gestes et techniques relevant de situations d’urgence absolue ou de situations dans lesquelles le transfert de l’animal vers un centre spécialisé n’est pas envisageable. 

    • 2

      Date, Lieu & Tarif

      Dates : A venir 

      Le DE est composé de 6 modules répartis sur deux années (3 modules/an du jeudi au samedi) soit un volume horaire de 145 heures.

      Droits d'inscription : 6 500 €

      (2000€ /an pour les assistants hospitaliers au cours de leur(s) année(s) d’exercice au CHUVA, dans la limite des places disponibles).

      Une retenue forfaitaire égale à 30% du montant des droits sera appliquée en cas d’annulation d’inscription dans les 15 jours précédant la formation et en cas d’absence.

      Lieu : Ecole nationale vétérinaire d’Alfort - 7, Avenue du Général De Gaulle -94700 -Maisons Alfort

      Bureau de la Formation Continue :

      formationcontinue@vet-alfort.fr

      • 3

        Intéressés - Pré-requis

        Pré-requis :

        - Diplôme de Doctorat d'exercice reconnu dans l'UE,

        - Pratique courante de la langue française.

        Public concerné :

        Vétérinaires généralistes, vétérinaires urgentistes, vétérinaires exerçant leur activité en soins intensifs, vétérinaires souhaitant se spécialiser en chirurgie.

        Les candidatures devront être envoyées au Bureau de la Formation Continue et composées de :

        - CV

        - Lettre de motivation

        - Copie du diplôme de Dr vétérinaire

        • 4

          Programme

          Module 1 : Consultation en situation d’urgence. Analgésie, anesthésie, réanimation en situation d’urgence chirurgicale. Urgences vasculaires. Le polytraumatisme.

          Module 2 : Urgences infectieuses par inoculation. Urgences oculaires. Urgences ORL.

          Module 3 : Urgences pariétales et abdominales Urgences digestives (et annexes)

          Module 4 : Urgences obstétricales et gynécologiques, Urgences urologiques Urgences colo-rectales.

          Modules 5 : Urgences thoraciques, Urgences neurologiques

          Module 6 : Urgences orthopédiques, Urgences NAC

          • 5

            Intervenants

            Animation : Pr Véronique Viateau, PhD ; Dr Mathieu Manassero, DipECVS, PhD

            Intervenants : Pr. Véronique Viateau, Pr. Pascal Fayolle, Pr Olivier Gauthier, Dr. Mathieu Manassero, Dr. Alexandre Fournet, Dr. Adeline Decambron, Dr Nicolas Nudelmann, Dr Sabine Chahory, Pr Patrick Verwaerde, Dr Valérie Freiche, Dr Christelle Maurey, Dr Ghita Benchekroun, Pr Stéphane Blot, Dr. Charly Pignon.

            • 6

              Objectifs

              L’objectif de la formation est l’acquisition d’une autonomie dans le diagnostic et la prise en charge des affections relevant du domaine de l’urgence chirurgicale. Les compétences spécifiques visées par cet enseignement sont :

              •          l’acquisition du raisonnement clinique particulier sur lequel se fonde la prise en charge dans une situation d’urgence relevant de la discipline chirurgicale, en tenant compte dès la prise en charge initiale du risque vital ;

              •          la mise en œuvre, conforme aux bonnes pratiques, des premiers soins et le cas échéant, en fonction des moyens humains et techniques  disponibles, la réalisation de l’intervention dans des délais adaptés ;

              •          la prescription raisonnée des examens complémentaires dans les délais imposés par une situation d’urgence ;

              •          la maîtrise des gestes diagnostiques et thérapeutiques, des techniques chirurgicales et pratiques interventionnelles qu’il n’est pas possible de différer compte tenu de la gravité du cas ;

              •          le respect des bonnes pratiques dans la prise en charge médico-chirurgicale de situations cliniques exemplaires et courantes relevant de l’urgence chirurgicale

              •          la capacité à associer le propriétaire à la qualité et à la sécurité de la prise en charge de son animal dans le cadre d’une prise de décision partagée et éthique.

              • 7

                Evaluation

                Modalités d’apprentissage :   

                Exposés :  85h     

                Travaux dirigés ou Etudes de cas :  28h   

                Travaux Pratiques : 32 heures

                Modalités de contrôle :     

                La validation du diplôme dépend : 

                1- De l'assiduité totale aux cours, aux travaux dirigés sur cas cliniques et aux TP (pré-requis pour se présenter aux épreuves finales)

                2- De la validation de 3 épreuves :

                •          une épreuve écrite de 3 h portant sur les matières enseignées (coefficient 1), sous la forme de cas cliniques déroulants ;

                •          une épreuve orale constituée par la présentation de 4 dossiers  personnels (coefficient 1) ;

                •          une épreuve pratique : démonstration d’une technique enseignée en TP (coefficient 1).

                En cas d’échec à l’une ou plusieurs des épreuves, le candidat pourra se présenter de nouveau 1 fois, selon les même modalités d’évaluation, dans un délai de 2 ans maximum après la première tentative.